Covid-19: A perpetuator of poverty and inequality

Correspondence between Akshay Chopra (student at National Law University – Delhi) and Akim Ampire Byoshi (étudiant à l’Université Catholique de Bukavu)

Dear Akim Ampire Byoshi,

“The Covid-19 pandemic has played an important role in highlighting growing inequalities. It exposed the myth that everyone is in the same boat. While we are all floating on the same sea, it’s clear that some are in superyachts, while others are clinging to the drifting debris”

Antonio Guterres, S.G. of the United Nations

I hope you are doing well and this letter finds you in good health! Akim, you might be wondering why I chose this very general topic as our discussion agenda. The primary reason behind this is that it is the backbone of the complete Sustainable Development Goals, as no one can be expected to think about education, good health or the environment if they are poor and hungry. I was really happy when I found a person dealing with conflict and mediation in the social sciences as my correspondent. We both have many similarities, as we both belong to countries which face problems of poverty, inequality, illiteracy and discrimination, among other issues. These problems directly influence our professions also, as in my case it is the ‘rule of law’ which is expected to render justice to poor deprived classes and you, being a person involved in mediating conflict, know that poverty, accompanied by illiteracy, is one of the major driving forces of crime and conflict, as ‘Hunger makes a thief of any man’.

This pandemic has ravaged the lives of people, it has taken their occupations and their right to work and a basic livelihood. It’s true that it affects the whole world but the effect is not uniform in nature, as the poor and vulnerable classes of society always suffer more. A large number of people who were engaged in the informal sector and who were dependent upon daily wages lost their only means of survival due to the lockdown. In my country, India, more than 80-90% of the workforce work in the unorganized informal sector and people like street vendors or workers engaged in the tourism, hospitality and industrial sectors were the first to lose their livelihoods due to the lockdown. When industries, businesses and institutions started downsizing their staff, it was generally women or lower status workers who lost their jobs first. These people are the most vulnerable classes, not only in the social sphere but also in relation to COVID-19, as they reside in slums without social distancing, hygiene or accessibility to masks and sanitizers (which became costly due to hoarding and unfair trade practices). These people sufferer the worst as they cannot afford private medical services after being denied treatment by government hospitals.

The result of increased unemployment and the economic recession is going to be very severe, my friend. If we talk about poverty, it is estimated that nearly 400 million people will fall into poverty and nearly 1.4% of the population will be in extreme poverty. This not only makes our task of achieving zero poverty or hunger by 2030 very unlikely, but will also have socio-political ramifications. One of these is the high drop-out rate of students from poor backgrounds. You know that education and human resource development is one of the most effective ways to get out of this vicious cycle of poverty and we both know its value in our own life. A large number of students could not continue their education due to economic reasons and due to the lack of a smartphone or internet connectivity. Some of these children, especially girls, may not ever go back to school and many may be forced into child labour or into some criminal activity. This lockdown has increased the crime rate, with an increase in cases of domestic violence due to isolation, as well as theft, burglary and suicide. In my country, there is also a problem with migrant workers, as most of these people went back to their villages due to the inability to survive in the cities and many of them died or faced difficulties due to the nationwide shutdown of public transportation facilities.

My friend, while the world is facing economic depression, it has been found that the world’s ten richest men’s combined wealth increased by $540 billion, deepening the already existing disparity, inequality and mistrust. According to Oxfam, it will now take 14 times longer to recover to pre-existing levels due to the rise in inequality.

“Supposing I have come by a fair amount of wealth – either by way of legacy, or by means of trade and industry – I must know that all that wealth does not belong to me; what belongs to me is the right to an honourable livelihood by millions of others. The rest of my wealth belongs to the community and must be used for the welfare of the community”

Mahatma Gandhi, Father of India

Gandhi believed that it is the duty of the rich to serve society, and this is the time when they should come forward and make voluntary contributions, when it is estimated that around 12,000 people a day could die due to starvation. He believed that these people are only the trustees of society. Regardless of whoever is regarded as ‘owning’ the money and resources, these belong to society as a whole and should only be used for the welfare of society. I believe that this will generate trust and respect among the classes. I believe that this is the right time for them to help society, especially as the same workers have laboured in their companies for years. If they do not respond to this, then they themselves will face the repercussions in the future. My friend, we know the socio-political repercussions of this rising poverty and inequality in society and I believe that we owe a positive obligation to society and we should contribute through our professions for the welfare of society, otherwise the vicious cycle will continue and our societies will face never ending conflict.

Your friend,

Akshay Chopra

27-FEB-2021, Delhi

Cher Akshay

Le virus dénommé COVID-19 a frappé le monde entier depuis 2019, à un moment inattendu et où nous n’étions pas préparé mais qui s’est avéré propice au développement d’une pandémie, qui a ébranlé le monde. Le virus en question s’est répandu dans chaque endroit du monde entrainant avec elle des maux et problèmes que les hommes, États, nations, organisations n’ont pas pu gérer facilement.

Les plus grandes conséquences de la COVID-19 dans le monde furent la pauvreté (la diminution des ressources et de certains moyens de subsistance dans les pays développés et la dégression encore plus manifeste dans les pays dits en voie de développement et les pays sous-développés) et la manifestation des inégalités au sein du monde et dans la quasi-totalité des pays qui le composent au regard des budgets qui devraient être alloués dans le secteur de la santé à l’improviste, du marché de l’emploi qui fut limité, de l’accessibilité aux services publics comme l’éducation qui lui aussi fut limité,…

  • la pauvreté en cette période de pandémie au niveau mondial :

Dans le monde il existe tout d’abord, ainsi que nous le savons, des pays appelés « pauvres » et des pays « développés ».

Toutefois la présence de la COVID-19 a conduit plusieurs pays à la pauvreté sans tenir compte de la situation économique, des ressources dont il dispose, ni des structures évolutives qui le composent.

L’Afrique, l’Amérique Latine et l’Asie sont les continents connus comme possédant les pays les plus pauvres du monde au niveau économique et même au niveau social. Plusieurs pays composant ces continents sont pauvres et endettés à tel point que leur développement est un long processus demandant la combinaison et l’amélioration de plusieurs structures (l’éducation, la santé, l’emploi,…).

Quoique ces pays connaissent la pauvreté et le sous-développement, la crise qui a frappé le monde suite à la COVID-19 n’a pas fait d’exception, plusieurs rapports montrent que certains de ces pays étaient déjà émergeants et décidés à se développer et à vaincre certaines antivaleurs qui pourraient empêcher ce développement comme l’injustice, la corruption, l’impunité,… et ont pris en compte le fait que le développement est un prestige dont un pays doit se procurer pour se distinguer à l’échelle mondiale.

L’année 2019 s’est montré non coopérative et a manifesté plusieurs inconvénients pour les pays du monde et c’est donc dans ce sens que tout espoir reposait sur l’année 2020 qui était porteuse d’espoir pour l’élimination de la pandémie du COIVD-19 mais la quasi-totalité des pays pauvres sont retombés dans l’extrême pauvreté et les pays émergeants et développés ont connu des pertes inestimables.

Le nombre de nouveaux pauvres est calculé en faisant correspondre la différence entre les estimations de la pauvreté avec et sans la pandémie et les prévisions de croissance figurant dans l’édition de juin 2020 des Perspectives économiques mondiales (« Global Economic Perspectives » or GEP). Compte tenu des projections de l’édition de janvier 2021 du GEP, le nombre de nouveaux pauvres au niveau mondial se situerais entre 119 et 124 millions de personnes (tous pays confondus), un nombre qu’on attribue à la présence de la COVID-19.

En effet ce résultat montre que le monde entier a basculé vers le bas : les pays ayant des moyens et le niveau nécessaire pour faire face à la pandémie ont essayé et ont pu conserver un certain seuil par rapport aux pays pauvres et en voie de développement qui, eux, ont basculé et formeraient la majeure partie du nombre mentionné ci-dessus, ce qui est une augmentation sans précédent par rapport au nombre qui a été estimé au début de 2020 : 88 à 115 millions.

Toutefois, même en tenant compte du fait que la COVID-19 a frappé le monde entier, nous devons retenir qu’elle ne l’a pas fait de la même façon dans tous les pays du monde et que ses conséquences ne sont pas les mêmes pour tous les pays tant sur le plan social qu’économique. Certains pays ont connu des pertes inestimables en terme de vies humaines, d’autres pays ont connu une grande baisse de l’emploi, d’autres ont connu une présence des inégalités sociales, d’autres ont connu la pauvreté,… les trois dernières étant dues à l’exclusion au niveau du marché international pour certains pays, à la présence permanente de la pauvreté avant la pandémie, au non accès aux services publics suite à la pandémie, à la hausse du taux de change, à la mauvaise gestion par les autorités publiques, à l’injustice, à la permanence des inégalités, aux dettes contractées par plusieurs pays et n’ayant pas les résultats escomptés, aux conflits armés permanents au sein des États, aux taux de natalité et de mortalité toujours élevés dans le  tiers monde et au non développement de plusieurs secteurs au sein des pays en voie de développement.

  • L’inégalité en cette période de pandémie eu niveau mondial :

La pauvreté tel que mentionnée ci-dessus, a toujours été accompagnée d’inégalités et toutes les deux résultent d’une mauvaise gestion, d’un système inadapté à un problème actuel comme la COVID-19 au niveau mondial par exemple et qui fait même le cas de notre étude.

Du point de vue du positionnement des pays en cette période de pandémie, certains pays sont restés en haut de l’échelle du point vue du développement et d’autres demeurent toujours en bas de l’échelle, peu importe la présence ou non de la pandémie. Les inégalités et la pauvreté ont augmenté dans l’ensemble des pays au cours de la dernière décennie et 15 pays de l’OCDE se classent mieux que la Norvège en matière d’inégalités de richesses. Toutefois, même les pays en tête du classement pourraient faire beaucoup mieux, d’autant que bon nombre d’entre eux sont depuis des décennies en retard sur leurs engagements historiques à adopter des politiques susceptibles de réduire les inégalités.

Les inégalités au niveau mondial se manifestent de plusieurs façons et sous plusieurs formes tant entre les États qu’à l’intérieur de ces États même dans la gestion et le parcours de cette période de pandémie.

Ces inégalités se sont toujours manifestées de plusieurs façons dans ces pays, à travers plusieurs faits comme par exemple : le non accès aux services sociaux par une majeure partie de la population au sein des pays en voie de développement et des pays développés, l’exclusion d’une certaine catégorie de membres de communautés suite aux préjugés et à la prolifération des antivaleurs, la concentration des ressources et des moyens de subsistance sur une seule catégorie de personnes possédant les revenus adéquats, les moyens financiers ou une position d’influence au sein du pays, la réduction de l’accès à l’emploi pour une catégorie de gens qui sont parfois obligés d’exercer des travaux de mains d’œuvre sans contrats et avec des salaires qui ne permettent pas de combler les besoins des familles ou inférieurs au SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti). Cela conduirait aussi à la réduction de la possibilité d’accéder aux services publics et sociaux, la hausse de la natalité incontrôlée, la malnutrition, l’injustice et les inégalités sous plusieurs formes.

Au niveau interétatique, nous constatons que les pays pauvres et sous-développés le restent et que d’autres descendent encore plus bas que le niveau qu’ils avaient et les pays développés le restent malgré les pertes au regard de leur niveau d’allocation des ressources au développement des soins médicaux, de lutte ou de riposte contre la pandémie, l’accessibilité aux services publics et sociaux, l’accès à l’emploi règlementé, l’accessibilité aux revenus, la distribution des moyens de subsistance, les recherches effectuées pour lutter contre la pandémie, les moyens alloués envoyés dans le tiers monde comme appui et constituant des dettes, l’appui aux personnes sans emploi mais qui doivent survire…

Merci, cher Akshay, et je vous prie de recevoir l’expression de mes salutations les plus distinguées.

Akim Ampire Byoshi

2-MARCH-2021, Bukavu

Hi Akim,

I hope this digital letter reaches you in the best of health!!

I know it has been a long time since you wrote to me but I couldn’t write back due to some urgent work. I apologize for this and thank you for eagerly waiting for my response and bearing with me.

My friend, in the course of the last two letters, we shared the problem of poverty, inequality, health or inaccessibility of public services prevalent in our countries, which have been exacerbated by COVID-19. I acknowledge the importance of economic support from international organizations like the World Bank, the IMF or the Asian Development Bank among others, which is required to get out of the situation, and there is a need for socio-economic reforms such as the distribution of food grains, decreasing the cost of essential services such as education, health and transport, and some form of Financial Assistance programme being undertaken by the government. I would also like to reiterate the point that this is the time when rich and wealthy people who have enough resources should come forward to support the poor, who have built the nation with their sweat and blood.

My friend, the problem with poverty is that it not only affects our socio-economic conditions but also our psychological conditions. It starts inhibiting our capacity to think and converts the palace of the mind into a tiny hovel. I think this is the condition when a person loses the chance to get out of this never-ending vicious cycle of poverty, discrimination and inequality and starts to believe it is the new normal. My friend, I believe that it is the duty of everyone, be it the NGOs, academics, social activists, pressure groups, among others, to pay the debt that we owe to our great nation by helping the poor and vulnerable sections of our society. I believe that we need to build up faith among people that things will change, and bright sunshine will again lighten our darkened society.

“Poverty is not an accident. Like slavery and apartheid, it is man-made and can be removed by the actions of human beings”

Nelson Mandela

Let’s try our best to serve the society to the best of our abilities.

Regards

Akshay Chopra

23-MARCH-2021, Delhi

Cher Akshay CHOPRA,

Bonjour cher ami, je suis encore une fois content de t’écrire et de partager sur le sujet de la perpétuation de la pauvreté et des inégalités en cette période de pandémie de la Covid-19.

C’est en effet une triste période pour le monde entier sans exception et chaque continent a été fortement touché tant dans la perte des vies humaines que dans la perte des moyens économiques et de subsistance ; ce qui a conduit la grande partie des pays du tiers monde dans l’extrême pauvreté et les pays développés dans des crises de plusieurs formes.

Tu as raison sur le point que la pauvreté n’affecte pas seulement nos conditions socioéconomiques mais aussi nos conditions psychologiques et au-delà même, pour les plus faibles, nos conditions mentales. Naître, grandir et vieillir dans la pauvreté peut causer un grand problème psychologique avec ou sans Covid-19 et cette sensation d’infériorité par rapport à une autre classe sociale est toujours accompagnée et s’est toujours manifestée sous la forme d’inégalité tant de chances que d’accès aux ressources et aux moyens de survie.

La grande partie de la population mondiale vit au jour le jour. Ils ont la pauvreté comme mode de vie et mènent une vie misérable. Très souvent, ils sont mis à l’écart de l’économie mondiale et de l’accès aux ressources à cause du sous-développement dans certains pays,  à cause du manque d’allocations et d’investissement en leur faveur et aussi à cause de la non accessibilité aux moyens de communication (comme les routes par exemple) dans la plupart des pays africains.

Dans les pays développés, les institutions fonctionnent certes, les moyens de subsistances sont repartis certes, mais le confinement a beaucoup bouleversé l’économie et l’accès à l’emploi. Et donc, l’on retrouve une main d’œuvre qualifiée et des fonctionnaires compétents mais sans emploi. Des institutions tant étatiques que paraétatiques ne fonctionnent pas normalement, ce qui entraîne la diminution des bénéfices et de la production et parfois cela va même jusqu’à affecter la monnaie en cours.

En ce qui concerne les dons des ONG, de la Banque Mondiale, du FMI,  ils sont d’une importance inestimable, surtout pour les pays sous-développés qui en ont grand besoin pour la survie en cette période de crise et pas seulement pour ceux qui peuvent facilement y avoir accès, mais aussi pour les démunis qui vivent à l’écart du monde et de l’économie, ceux qui travaillent la terre sans arrêt, sans rien gagner beaucoup d’argent, ceux qui sont incapables même d’accéder aux soins médicaux et aux écoles pour leurs familles, ceux que le dur labeur a affaibli considérablement. Pour ce faire, les gouvernements de tous ces pays doivent s’impliquer avec vigueur dans l’accès à des zones éloignées et dans la distribution équitable de ces dons et des ressources nationales pour le bien-être de toute le population et ainsi, le monde entier se portera de mieux en mieux.

J’espère, cher ami, qu’avec cette lettre, je satisfais considérablement tes attentes et ajoute quelque chose de nouveau pour la lutte contre cette crise qui nous guette.

Veuillez, recevoir, cher ami, mes salutations respectueuses.

Akim Ampire Byoshi

3-APRIL-2021, Bukavu

[ganaarblog]